29/12/2012

Monsieur HOLLANDE, la « normalité » n'est pas la « médiocrité » !

On s'était dit qu'on allait être « sports ». Oui, on s'était promis qu'avant de tirer à boulets rouges sur un pouvoir socialiste absolu, on allait laisser « sa chance au produit ». « Le changement, c'est maintenant ! » qu'y disaient, en mai 2012. 2012 s'achève. Près de 8 mois, c'est bien assez pour s'autoriser un « premier bilan » !

 

Est-ce encore la faute des autres ?

Fins méconnaisseurs de l'économie réelle, nos amis socialistes étaient persuadés du caractère nécessairement cyclique des crises : « après la pluie, vient le beau temps ! » Ils en étaient convaincus en arrivant au pouvoir : le tout serait de jouer la montre, l'économie nationale finirait bien par repartir, tirée par un redémarrage de la croissance mondiale... et puis, au fil des estimations, les mines se sont allongées. Nos camarades de gauche ont commencé à douter, découvrant qu'un pays pouvait aussi durablement s'enfoncer dans le marasme. Oui, chose incroyable : arrivé à la Présidence de la République, HOLLANDE est informé qu'il y a une crise. On lui aurait menti ? Que dire à une opinion qui s'est lassée de rejeter sans conviction la faute de tout sur l'ancien Président de la République, et qui estime désormais que  Nicolas SARKOZY était deux fois plus efficace que ne l'est François HOLLANDE ?

 

« Je n'aime pas les riches » disait-il. Et ça marche !

3,13 Millions de chômeurs inscrits... Plus de 5 millions de chômeurs dès lors que l'on prend en compte à la fois les jeunes primo-demandeurs d'emploi, les demandeurs d'emploi en formation et les demandeurs d'emplois qui ne s'inscrivent plus car en fin de droit ! Le « modèle social français », c'est son nom. Tant qu'on y est, ne soyons pas pingres : la croissance rebondit au troisième trismestre 2012 : +0,1 %, puisque c'est l'INSEE qui le dit ! En même temps, François HOLLANDE nous avait prévenu : il n'aime pas les riches.

SARKOZY, HOLLANDE, AYRAULT, G20, FLORANGE, POLITIQUE, DEPARDIEU, MITTAL, MONTEBOURG, CAHUZAC, TRIERWEILER, SEGOLENE MELENCHON, TORRETON, MERKEL, chômage, TAUBIRA, DUFLOT, PEILLON, VALLS, cannabis, mariage pour tous, PMA, GPA, Pierre BERGE, droit de vote des étrangers, INSEE

Mariage pour tous, Droit de vote des étrangers... les écrans de fumée d'un pouvoir qui « découvre » la crise.

Alors, le gouvernement dégaine les écrans de fumée tous azimuts. « La faute à SARKOZY » a trop servi, il faut passer à autre chose : le mariage pour tous ! Mais les mouvements d'opinion sont décevants, pas assez de clash... Du coup, on rajoute la Procréation Médicale Assistée (PMA), et la Gestation Pour Autrui (GPA), en demandant à Pierre BERGE de donner de sa personne et plus seulement de son porte-feuille : « Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA (gestation pour autrui, NDLR) ou l'adoption. Moi, je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l'usine, quelle différence ? »

Le sujet ne suffira cependant pas à tenir jusqu'au retour des beaux jours. Qu'à cela ne tienne, le « vote des étrangers » est sur la table, prêt à s'ouvrir, à moins qu'on ne lui préfère dans un premier temps l'euthanasie.

 

Une majorité en miettes, Gouvernement en déconfiture

Si MELENCHON est devenu inaudible, les salariés qui avaient cru au changement avec François HOLLANDE en sont pour leurs frais, et la gauche de la gauche se réveille. Les anti-SARKOZY d'hier font désormais profil bas, quand ils n'expriment pas ouvertement une forme de nostalgie. Avec François HOLLANDE et Jean-Marc AYRAULT, on a déjà le sujet tendance du Bac philo 2013 : « Le pouvoir fait-il toujours l'autorité ? » On ne compte plus les ministres qui se sont offerts de dézinguer la ligne du Président HOLLANDE, à croire que Valérie TRIERWEILER ait ouvert la voie : VALLS sur le vote des étrangers, DUFLOT et PEILLON sur le cannabis, MONTEBOURG sur le nucléaire, TAUBIRA sur les centres éducatifs fermés... l'inventaire pourrait continuer longtemps ! A noter que le Chef du Gouvernement n'est pas en reste, lui qui ouvre des débats sur le temps de travail lorsqu'il ne s'arroge pas le porte-parolat du Conseil Constitutionnel (rien que ça)!

 

Le renoncement, c'est maintenant !

Qui peut citer une grande réforme structurelle du gouvernement socialiste au bout de huit mois ? La seule performance pour l'instant a été de provoquer l'exil fiscal de nos plus gros consommateurs.

Le traité européen a été ratifié en l'état, Angela MERKEL ayant poliment renvoyé notre bon Président à son petit livre rose-rouge. On a baladé les espoirs des ouvriers de Florange sans aucune pitié. On subventionne l'exploitation du gaz de schiste en Algérie. Le Président normal écrit au juge pour soutenir sa concubine dans son procès en diffamation, etc...

 

La transparence... oui, mais sur la scène internationale !

En matière de politique internationale, rien à dire ! Non, vraiment : rien. Après la fuite d'Afghanistan et la marginalisation européenne, celui qui est mondialement connu en Corrèze a vraisemblablement fait le tour de la question en 80 jours.

hollande, G20

 

Nous allons nous en tenir là, tant nous avons l'impression de céder à la facilité en nous adonnant à un bilan qui ne peut que virer au « HOLLANDE bashing ». Mais, « la faute à qui » nous direz-vous. Et puis, qui sait : à continuer de chuter dans les sondages, HOLLANDE et AYRAULT vont peut-être finir par découvrir du gaz de schiste sans fracturation hydraulique ! Et c'est sans doute la plus grande performance de François HOLLANDE : arriver à décevoir un électorat qui n'avait jamais cru en lui, et ne l'a choisi que par le rejet du sortant (et moins de 50% des exprimés).

 

Alors on danse ! Avec MITTAL et MONTEBOURG, avec CAHUZAC et DEPARDIEU, avec TRIERWEILER et SEGOLENE, avec MELENCHON et les VERTS,

Meilleurs vœux, joyeuses fêtes, et vivement 2017 !

 

 

L'équipe des JC 78

 

Écrire un commentaire